Total War: Rome II

Total War: Rome II est un jeu vidéo de stratégie développé par The Creative Assembly et édité par Sega, pour Windows. Il constitue le huitième épisode de la série Total War, et est la suite de Rome: Total War, sorti en 2004.

Total War
Rome II

Éditeur Sega
Développeur The Creative Assembly
Concepteur Michael Simpson, Tim Heaton, James Russell
Musique Richard Beddow

Début du projet 2011
Date de sortie
Franchise Total War
Version 2.2.0 Build 15558.627558 ()[1]
Genre Stratégie en temps réel
Stratégie au tour par tour
Wargame
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Mac OS X, Windows
Média DVD, Distribution numérique
Langue Multilingue[2]

Français, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, Russe, Polonais, Tchèque, Turc

Contrôle Clavier, souris

Évaluation PEGI : 16 ?

Avec le pack Effets sanglants : PEGI : 18 ?

Moteur Warscape

Scénario

Comme pour son aîné Rome: Total War, le jeu se déroule durant l'Antiquité romaine, de la création de la République romaine jusqu'à la fondation de l'Empire. Le souhait des développeurs est d'exposer plusieurs visions de l'Antiquité, de la part des Celtes, des Grecs, des Phéniciens[3]

Système de jeu

Le jeu dispose d'une carte de campagne plus étendue que dans Rome: Total War : en dehors des zones d'extensions de l'Empire romain et de leurs environs, de nouveaux territoires à l'est sont disponibles[4]. Ainsi, la carte s'étend de la Bretagne à la Bactrie, en passant par le bassin méditérannéen, la Germanie, l'Arabie et la Perse. Un nouveau système graphique permet de suivre les soldats individuellement sur le champ de bataille[5].

Comme avec Total War: Shogun 2, le joueur doit considérer avec précaution les décisions à prendre. The Creative Assembly a approfondi ce système : lorsque le joueur prend une décision au cours de la campagne, il sera amené à en prendre d'autres qui ne pourront être que la conséquence logique des décisions précédentes[6].

Contrairement aux précédents opus de la série Total War qui n'assignaient des traits de caractères qu'aux généraux et aux agents, les légions disposent cette fois-ci également de leurs propres traits de caractère. Certains éléments de l'apparence des légions peuvent également être personnalisés par le joueur[6].

Le système politique a été totalement refait et amélioré. Chaque faction a au moins deux entités politiques qui se disputent le pouvoir. Le joueur choisit de faire partie de l'une d'entre elles. Le statut politique des différentes entités est basé sur un nouveau système de ressources, qui est à son tour fondée sur les faits et gestes des généraux et des personnages appartenant à une certaine entité politique. Si le joueur devient faible il peut se trouver impuissant à influer sur les affaires de son pays. À l'inverse, s'il devient trop puissant, ses rivaux pourront s'unir contre lui.

Dans certains cas, un joueur peut tenter de prendre tout le pouvoir devenant ainsi l'empereur ou le roi. Cependant, cela nécessitera une guerre civile.

Carte de campagne

Il y a 173 régions qui sont regroupées en 57 provinces. Ces provinces sont des regroupements de régions (jusqu'à 4 régions) et chaque région dans une province peut être conquise séparément. Toutefois, le contrôle de toute une province permet au joueur de passer des décrets au niveau provincial qui offrent des bonus tel que l'augmentation du bonheur ou de la production militaire. Si le bonheur de la population descend trop bas dans une province, la région la plus malheureuse se révoltera et non toute la province.

Dans cet opus, les villages et les bâtiments de ressources ont disparu de la carte de campagne et sont regroupés dans une capitale régionale. Pour compenser cela, ces capitales auront automatiquement une garnison. Cette armée a une position de "raid" qui génère automatiquement du butin et réduit leur coût d'entretien.

Chaque province a une capitale provinciale avec des murs, contrairement à la plupart des capitales régionales. Les batailles de siège ne se produisent donc que sur ces grandes villes avec des murs ou des bâtiments militaires dans un effort de réduction des batailles de siège, et de fournir des scénarios alternatifs avec les villes plus petites.

Champs de bataille

Outre les sièges et les batailles traditionnels, une myriade de nouvelles batailles sont disponibles dans Rome II. Ces types de batailles sont les suivants :

  • Batailles navales/terrestres combinées : ces batailles se produisent en étant proche d'une ville côtière ou lorsque deux armées se trouvent à proximité de la côte. Dans ce dernier cas, la marine peut arriver par la mer pour soutenir les forces terrestres.
  • Batailles de campement : ces batailles sont déclenchées si une armée attaque une autre qui est en position défensive. L'armée de défense a eu le temps de construire des fortifications autour de son périmètre, y compris les palissades de bois ou petits forts. Dans l'ensemble, la bataille va ressembler à un petit siège.
  • Batailles de rivière : lorsqu'une armée tente de traverser une rivière navigable et une autre l'empêche de le faire. Des navires peuvent être présents.
  • Les embuscades : elles sont différentes par rapport aux opus précédents. Les embusqués ont la capacité de placer des pièges, tels que des rochers enflammés, des pointes et ainsi de suite. L'armée prise au piège doit alors trouver un moyen de s'échapper. Ces batailles seront similaires à la bataille de Teutobourg, disponible dans les batailles historiques du jeu.

Factions

Dans Total War: Rome 2, les factions antiques seront variées, chacune possédant sa propre architecture, ses propres technologies, ses propres unités, agents, et ses propres tactiques militaires. Les factions auront aussi leur propre régime politique. Les développeurs ont annoncé un nombre de factions très élevé, le plus grand de la série Total War, mais seules certaines seront jouables, plusieurs étant divisées en sous-factions ayant leurs propres caractéristiques[7].

Jouables

Les factions « méditerranéennes » recherchent l'hégémonie et peuvent créer un empire personnalisable par le joueur, les factions dites « barbares » cherchent à unifier leurs peuples respectifs et peuvent créer une confédération que le joueur pourra personnaliser, et les factions « orientales » veulent unir les cultures, ce qui permettra au joueur de recréer un nouvel Empire.

Factions d’origine
FactionDeviseNotes
RomeForce, Honneur et DevoirRome possède comme sous-factions les familles (ou gens) Julia, Cornelia et Junia. Le savoir-faire des Romains dans le domaine métallurgique leur assure de forts profits économiques. Par ailleurs, chaque citoyen est tenu de faire son service militaire, ce qui permet à la République romaine de disposer d'une armée puissante et disciplinée[8].
CarthageDémocratie, Commerce et FoiComme Rome, cette faction est divisée en trois grandes puissances politiques, dont chacune confère des avantages militaires, économiques et culturels différents.
MacédoineGloire, Ordre et PuissanceLa Macédoine est le royaume héritier de l'empire d'Alexandre le Grand. Du côté de la tactique militaire, très peu de choses ont changé depuis cette époque. Les armées macédoniennes sont principalement composées de phalangistes et de cavaliers. La Macédoine n'ayant jamais été une véritable puissance navale, ses navires sont moins adaptés à la guerre que ceux de leurs voisins grecs. De plus, étant donné son passé expansionniste, il sera plus difficile de forger des alliances avec les peuples d'origine helléniques.
IceniFer, Conquête et FiertéLes Icènes sont une importante tribu du Sud-Est de la Grande-Bretagne.
ArvernesCroyance, Dignité et PouvoirLes Arvernes sont le plus puissant des peuples gaulois, au régime politique complexe, qui ont développé une orfèvrerie raffinée et un système urbain novateur, les oppida.
SueviSang, Noblesse et CourageLes Suèves forment un peuple germanique installé dans les forêts d'Europe du Nord.
ParthieTolérance, Justice et ProfitLes Parthes, aussi appelés Empire arsacide, forment une confédération de cités iraniennes unies sous la bannière pourpre du « Lion de Nisa ».
ÉgypteHéritage, Indépendance et PouvoirL'Égypte est dominée par la dynastie grecque des Ptolémées (les Lagides).
Factions en DLC (CTA)
FactionDeviseNotes
Le PontAmbition, Indépendance, ProfitLe Pont est un royaume hellénique du Nord de l'Anatolie.
AthènesConnaissance, Sagesse et ProspéritéLa mère de la démocratie contrôle la région prospère de l'Attique et son influence culturelle et philosophique s'étend tout autour du bassin méditerranéen.
ÉpireCroissance, Héritage et CommandementSitué sur la mer Adriatique, l’Épire est un royaume bâtit sur l'agriculture et la pêche.
SparteDiscipline, Gloire et ConquêteAvec sa longue tradition militaire, la cité de Sparte prospère et son influence s'étend au-delà du monde grec.
SéleucidesTolérance, Diversité et ForceL'empire diadoque de Séleucos Ier domine un certain nombre de factions orientales.
RoxolansPersistance, Commerce et ConflitLes Roxolans sont un peuple de Sarmates nomades qui étendit ses pillages sur les territoires romains situés de l'autre côté du Danube.
ScythieArtisanat, Fierté et VolontéLes Scythes sont un ensemble de peuples nomades, originaires des steppes eurasiennes et qui ont poussé leurs expansion en Asie centrale et dans toute l'Europe de l'Est.
MassagètesPuissance, Indépendance et DéfenseLes Massagètes sont une tribu de guerriers nomades venus des steppes de la mer Caspienne. Leurs rangs sont formés d'habiles archers de cavalerie.
NerviensBravoure, Sévérité et TraditionCe peuple celto-germanique, les Nerviens, était le plus féroce – et le plus brave – de toutes les tribus belges qui habitaient au nord de la Gaule, en plus d’être réputé pour le courage de ses hommes.
BoïensTerre, Fierté et TroupeauLes Boïens, une tribu celte, étaient de fiers guerriers et, au moins à l'origine, des éleveurs semi-nomades. Leur nom lui-même dérive soit du mot pour « guerrier » ou « vache », faisant d'eux le « peuple guerrier » ou le « peuple éleveur ».
GalatesRaid, Objectif et DominerCeltes d'origine gauloise, les Galates s'installèrent et dominèrent l'Anatolie centrale et la Phrygie. Fiers guerriers, réputés pour leurs compétences, loyaux et féroces au combat, ils étaient des mercenaires très appréciés dans le monde hellénistique. Jules César fit don à Cléopâtre de 300 guerriers galates en 48 av. J.-C, pour la servir comme gardes du corps, tellement leur réputation était redoutable.
LusitaniensUnité, Agilité, FoiLes Lusitaniens sont une confédération de petites tribus ibériques. Ils étaient installés au sud-ouest de la péninsule bien avant que Rome et Carthage ne dérangent la région.
ArvaquesAlliance, Conquête, FiertéLeur capitale est Numance, à l'est du plateau "Meseta Central" qui passe au cœur de l'Ibérie. La topographie de la région se prête à la transhumance, ou la migration du bétail vers les plaines herbeuses de la vallée de l'Ebre. Principalement une société militariste, ils détiennent également le rite d'« excarnation », la pratique de laisser les corps des guerriers morts sur leurs portées funéraires
SyracuseSouveraineté, Science, RichesseSyracuse n'est pas étrangère à la guerre, défendant farouchement son indépendance tout au long de sa longue et sanglante histoire. Une chaîne de dirigeants tyranniques dominent cette histoire, défendant la souveraineté syracusaine contre les autres grecs, les Carthaginois et les menaces intérieures, par une série de guerres dangereuses et éprouvantes.
Royaume gréco-bactrienProfit, Fierté, ExpansionLe royaume gréco-bactrien est un État hellénistique créé au milieu du IIIe siècle av. J.-C. lors de sa déclaration d'indépendance vis-à-vis de l'empire Séleucide. Le royaume fut souvent secoué par des troubles politiques, du fait de sa proximité avec les parthes et les séleucides, grands rivaux. Il finit par disparaître peu après avoir atteint son apogée en -130, absorbé par l'empire kouchan.

Non-jouables

Ces factions ne sont pas jouables en mode campagne sauf avec l'ajout d'un mod[9]. Elles sont répertoriées par groupe culturel ou par région.

Africaines
Carthagène, Gétules, Massaesyles, Garamantes, Libye antique, Blemmyes, Méroé, Royaume d'Aksoum, Cyrène

Arabes
Himyar, Mascate, Minéens, Nabatéens, Gerrha, Royaume de Saba, Royaume de Qédar

Asie mineure (non-hellènes)
Chypre, Bithynie, Trabzon, Cappadoce

Brétons (Grande- Bretagne)
Brigantes, Calédonie, Demetae, Dumnonii, Eblani

Caucasiennes
Colchide, Royaume d'Arménie, Karthli, Aghbanie

Celtes (non-gauloises)
Aesti, Anartes, Eravisces Norique, Rhètes

Celtibères
Arvaques (jouables via le DLC Hannibal at the gates), Cantabres, Edetans, Gallaeci, Lusitaniens (désormais jouables via le DCL Hannibal at the gates), Turdétans, Vaccéens, Celtici

Daces
Biephi, Daces, Gètes (désormais jouables grâce à une mise à jour)

Gauloises
Atrébates, Éduens, Carnutes, Helvètes, Insubres, Ligures, Namnètes, Pictons, Scordiques, Trévires, Bituriges Vivisques, Volques

Germaines
Bastarnes, Bataves, Chérusques, Cimbres, Frisii, Goths, Lugiens, Marcomans, Ruges, Séquanes

Hellènes
Cnossos, Lydie, Massilia, Pergame, Rhodes, Royaume gréco-bactrien (jouable grâce à une mise à jour), Syracuse (jouable grâce au DLC Hannibal at the gates)

Illyriennes
Ardiéens (désormais jouable via le DLC Pirates and Raiders), Breuces, Daesitiates, Dalmates

Indo-Scythes
Arachosie, Sagartiens

Perses (Iran)
Atropatène, Babylone, Dahae, Drangiane, Grand Khorasan, Parthie, Persépolis, Aria (satrapie)

Italiques (non-gaulois)
Étrusques, Vénètes

Sarmates
Alains, Siraques

Scythes
Tauride, Budini, Thyssagetae

Thraces
Royaume des Odryses (jouable via le DLC Pirates and Raiders), Royaume de Tylis (jouables grâce au DLC Pirates and Raiders), Triballes

Extensions

Il existe de nombreux packs d'extension (DLC) téléchargeables via Steam

Nom du DLCDescription
Greek States Culture PackDéverrouille les factions de Athènes, Sparte et Épire
Nomadic Culture PackDéverrouille les factions des Roxolans, Massagètes et Scythes royaux
Blood and GoreAjoute des effets sanguinaires et de démembrement sur les soldats
Beasts of WarAjoute des nouvelles unités
Caesar in GaulAjoute une nouvelle carte de campagne centrée sur la Gaule. Déverrouille les Boïens, les Nerviens et les Galates.
Hannibal at the GatesAjoute une nouvelle carte de campagne centrée sur la Méditerranée, l'Espagne et l'Italie. Déverrouille les Arvaques, Lusitaniens et Syracuse
Pirates and raidersDéverrouille les factions du Royaume des Odryses (Thraces), du Royaume de Tylis (Gallo-thrace), et des Ardiéens (tribu illyrienne). Ajout d'une nouvelle culture balkanique.
Black sea coloniesDéverrouille les Cimmériens, les Colchidiens et Pergame.
Wrath of SpartaAjoute une nouvelle carte de campagne centrée sur la Grèce pendant la guerre du Péloponnèse.
Empire DividedAjoute une nouvelle carte de campagne centrée sur la Crise du IIIe siècle où l'Empire romain est plongé dans une guerre civile.
Desert KingdomsDéverrouille Méroé, Nabatée, Saba et la Numidie.
Rise of the RepublicAjoute une nouvelle carte de campagne centrée sur l'Italie des Ve – IVe siècles av. J.-C. traitant de l'ascension de Rome dans la péninsule italienne.

Certaines mises à jour ont permis l'ajout de nouvelles factions comme l'Empire Séleucide, le Royaume Gréco-bactrien (Baktria), le Royaume du Pont et la tribu dace des Gètes, et d'autres éléments comme la bataille historique de Pydna. De même, certains mods permettent de déverrouiller toutes les factions du jeu[9].

Modding

Des modifications du jeu original peuvent être apportées par les joueurs, on parle alors de "mod". La plupart d'entre eux sont proposés en libre accès aux autres joueurs sur certains sites communautaires et sur Steam via le workshop du jeu.

Accueil

Aperçu des notes obtenues
Total War: Rome II
MédiaNat. Notes
EurogamerGB7/10[10]
GamekultFR7/10[11]
GameSpotUS80 %[12]
IGNUS88 %[13]
Jeuxvideo.comFR17/20[14]
Compilations de notes
MetacriticUS76 %[15]
GameRankingsUS76,5 %[16]
  • Total Warː Rome II reçoit en France le prix Historia du jeu vidéo en 2013.

Notes et références

  1. « Détails de la mise à jour 16.1 », (consulté le 20 décembre 2014)
  2. http://store.steampowered.com/app/214950
  3. « Résumé des informations ».
  4. (en) « Surprise! Eyes-On With Total War: Rome II », sur http://www.rockpapershotgun.com/, juillet 2012.
  5. (en) « Capture d'écran réalisé par les développeurs, champ de bataille », sur http://www.blogcdn.com/.
  6. (en) Chris Thursten, « Total War Rome 2 preview: every detail about the new engine, naval combat, multiplayer and mods », News, sur http://www.pcgamer.com/, PC Gamer, 2 juillet 2012.
  7. (en) Factions sur la page Wiki officielle. Consulté le 6 janvier 2012.
  8. (en) Total War: Rome II - Faction romaine sur la page Wiki officielle. Consulté le 6 janvier 2012.
  9. Mod Playable Factions
  10. (en) Paul Dean, « Total War: Rome 2 re-review », sur Eurogamer, .
  11. (fr) Thomas Mangot, « Test :Total War: Rome II », sur Gamekult, .
  12. (en) Daniel Starkey, « Total War: Rome II », sur GameSpot, .
  13. (en) Steve Butts, « Total War: Rome II Review », sur IGN, .
  14. (fr) Lespol, « Test :Total War: Rome 2 », sur Jeuxvideo.com, .
  15. (en) « Total War: Rome II (PC) », sur Metacritic.
  16. (en) « Total War: Rome II (PC) », sur GameRankings.

Liens externes

  • Portail du jeu vidéo
  • Portail du monde antique
  • Portail de la Rome antique
  • Portail de la Grèce antique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.