Scotobiologie

La scotobiologie (du grec scoto, « noirceur ») est l'étude des réactions biologiques et des comportements nécessitant l'obscurité pendant leur fonctionnement normal. Cette discipline de la biologie est le pendant de la photobiologie qui étudie l'action de la lumière sur les êtres vivants.

Ce terme est utilisé pour la première fois par l'universitaire Robert Dick et le biologiste Tony Bidwel lors du symposium international The Ecology of the Night: Darkness as a Biological Imperative tenu à Muskoka au Canada, du 22 au 24 septembre 2003, et inspiré par les niveaux croissants d'exposition nocturne à la lumière artificielle[1],[2].

Effets de l'obscurité sur les êtres vivants

Notes et références

  1. Samuel Challéat et Dany Lapostolle, « (Ré)concilier éclairage urbain et environnement nocturne : les enjeux d'une controverse sociotechnique », Natures Sciences Sociétés, vol. 22, no 4, , p. 317 à 328
  2. (en) Hope Jahren, Tim Folger, The Best American Science and Nature Writing 2017, Houghton Mifflin Harcourt, , p. 128

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) T. Bidwell et P. Goering, « Scotobiology – the Biology of the Darkness », Global Change Newsletter 58, 2004, p. 14-15
  • (en) Robert Dick, « Scotobiology », Journal of the Royal Astronomical Society of Canada, Special Issue, 2012, p. 7-10

Articles connexes

  • Portail de la médecine
  • Portail de la biologie
  • Portail de la physiologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.