Marie de France (poétesse)

Marie de France, sur une enluminure du Moyen Âge

Marie de France est une écrivaine et poétesse du Moyen Âge, qui a vécu au XIIe siècle. Son œuvre se rattache à la littérature courtoise. On n'a pratiquement aucune information sur sa vie. Elle est l'auteur de trois livres : un recueil de fables, un récit religieux et une série de récits merveilleux, des lais.

Sa vie

Elle signait ses fables du prénom de Marie et elle a précisé dans certains textes qu'elle était de France. À part cela, on ne sait pas qui elle est, et on n'a pas de détails sur sa vie, le lieu où elle est née et celui où elle est morte. On n'est même pas sûr qu'elle ait été vraiment française : peut-être a-t-elle écrit cela simplement par amour de la France.

Au fil du temps, on a essayé de trouver qui elle était, et beaucoup d'hypothèses, c'est-à-dire de suppositions, ont été faites. Une spécialiste du Moyen Âge, Carla Rossi[1], pense qu'il s'agit en fait d'une anglaise, Marie Becket, sœur de l'archevêque Thomas Becket, qui serait née entre 1125 et 1130. En effet, dans ses poèmes et contes, Marie de France montre qu'elle avait des liens avec un groupe d'écrivains anglais.

Son œuvre

Marie de France a écrit trois grandes œuvres, toutes en anglo-normand (une langue de la famille romane parlée en Normandie, mais aussi en Grande-Bretagne, qui avait été conquise par les Normands) :

Ce qu'elle apporte de nouveau

À l'époque où Marie de France écrit a lieu une sorte de Renaissance dans la littérature, avant la grande Renaissance qui aura lieu du XIVe au XVIe siècles. Les écrivains essaient d'adapter les textes des Grecs et des Romains de l'Antiquité, mais ils s'intéressent aussi au folklore des Celtes, les anciens peuples de l'Europe, ancêtres par exemple des Bretons.

À ce moment aussi, de nombreux écrivains, comme Marie de France, se libèrent de l'influence de la religion officielle : ils parlent d'amour, des pouvoirs des femmes, d'un autre monde où il y a des fées (hommes et femmes-fées)... : ce sont les troubadours qui créent la littérature courtoise.

Extrait d'un texte de Marie de France

Voici un extrait du lai d'Yvonec. C'est le chevalier-oiseau qui parle :

Jeo vus ai lungement amé
E en mun quor mut desiré ;
Unques femme fors vus n'amai
Ne jamés autre ne amerai.

Bibliographie

Lien externe

Notes et références

  1. Carla Rossi, Marie de France et les érudits de Cantorbéry, Paris. Classiques Garnier, 2009. 233 p. ISBN 978-2-8124-0042-1
  2. Fables traduites par Legrand d’Aussy, 1829
Cet article a été créé ou enrichi dans le cadre d'une classe.
Autres articles fruits d'un travail scolaire
Portail de la littérature   Tous les écrivains, les poètes, les romans…
Portail du Moyen Âge   Tous les articles sur le Moyen Âge.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.