Manx

Tu lis un « super article ».
Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Manx (homonymie).
Manx
Manx tabby[L 1] rumpy
Région  Royaume-Uni
Taille Moyenne à grande
Poil Court et dense avec un sous-poil épais
Robe Toutes les couleurs et robes[L 2] acceptées
Tête Ronde, avec un nez incurvé
Yeux Ronds, grands
Oreilles Petites à moyennes, bien espacées
Queue Absente à courte
Fédérations LOOF, CFA, ACF, ACFA, TICA, FIFé, WCF
Modifier voir modèle  modifier


Le manx, également appelé chat de l'Île de Man et anciennement orthographié manks, est une race de chat à poil court originaire de l'Île de Man (Îles Britanniques). Ce chat de taille moyenne à grande est caractérisé par sa silhouette ronde et par sa queue très courte voire absente. Reconnue depuis la fin du XIXe siècle, cette race fit sa première exposition dès 1883, puis la race est remarquée par les éleveurs anglais qui créèrent le Manx Club de Grande-Bretagne en 1901.

Cette race qui avait séduit le roi Édouard VIII était à la mode dans les années 1920-1930. Malheureusement, la popularité du chat sans queue a depuis immensément baissé et elle est maintenant l'une des races les moins vendues dans le monde. Cependant, elle semble à nouveau se développer. L'élevage du chat manx est simple et se caractérise par un simple brossage hebdomadaire de sa fourrure. Le manx n'a pas de problème de santé particulier et atteint même fréquemment les 20 ans de vie.

Le manx est un chat facile à vivre et équilibré, comme l'européen. On peut même remarquer une ressemblance entre ces deux races, l'absence de queue du premier étant sans aucun doute la différence la plus flagrante. Il peut aussi être confondu avec le bobtail japonais ; les détails les discernant sont l'allure moins trapue du dernier et la queue enroulée sur elle-même qui n'est jamais absente chez le bobtail.

Histoire

Origines

Tel était représenté le manx en 1853. Version retouchée en 1885.

Cette race est peut-être arrivée dans l'Île de Man à bord des vaisseaux de l'Invincible Armada. Ce dont on est sûr, c'est que la race y est connue depuis plus de deux siècles[1]. Il y a de cela deux ou trois siècles, une mutation génétique naturelle s'est produite à l'Île de Man, révélant au monde un chat unique : le manx, ce chat si réputé pour son absence de queue. Cet allèle, dominant, se propagea à beaucoup de chats de l'île[2]. D'abord chat de ferme, le manx était chargé d'éliminer les rats, une tâche dont ce chasseur émérite s'acquittait sans problème[1].

Légendes

Les légendes, plus poétiques, racontent par exemple que le manx serait arrivé le dernier sur l'arche de Noé et que la porte se serait refermée sur la queue du félin... Une autre version est que les seigneurs de l'île aurait coupé la queue des chats pour en orner leurs coiffures de guerriers. Alors, une chatte plus maligne que les autres aurait sectionné d'un coup de dents la queue de ses chatons afin de les sauver ! Enfin, une dernière légende prétend que les habitants de l'île, radins, auraient coupé la queue des chats afin d'économiser le chauffage : ainsi, la porte se refermait plus vite sur les félins et moins de chaleur s'échappait.

Développement de la race

Manx aux côtés d'un abyssin, 1903

Le manx fut présent à une première exposition féline américaine dès 1883. Il fut remarqué par les éleveurs anglais dès la fin du XIXe siècle. Alors, le Manx Club de Grande-Bretagne fut créé dès 1901 et la race participa à une exposition féline britannique peu après. Le roi Édouard VIII possédait, durant les années 1920-1930, plusieurs manx et la race était à la mode aux États-Unis comme en Angleterre.

Popularité

Alors que cette race était à la mode dans les années 1930, en Angleterre comme aux États-Unis, il n'en est plus de même aujourd'hui. Sa popularité a essuyé d'immenses revers en Europe, certains détracteurs voulant même l'interdire. Alors qu'il était déjà réputé pour sa difficulté, l'élevage a subi de plein fouet ces critiques. En France, ce chat est peu représenté, mais il semble à nouveau en voie de développement.

Année LOOF[3] GCCF[4],[5]
Inscriptions Rang Inscriptions Rang
2007 3 43e 20 32e
2011 5 51e 2 34e

Standards

Les manx anoures ou quasi-anoures sont préférables en exposition. Il existe une variété à poil mi-long, le cymric.

Corps

Manx bicolore noir et blanc rumpy riser.

Le manx est un chat rond de type bréviligne. Son allure générale montre un chat de taille moyenne à grande, compact avec des pattes moyennes. Les pattes avant doivent être visiblement plus longues que les pattes arrière. Le corps doit être musclé avec une ossature robuste, avec un dos court en forme d'arc continu et lisse qui se termine par une croupe ronde. Un dos trop plat entraîne des pénalités de la part des juges. L'encolure doit être courte et massive, jusqu'à apparaître presque inexistante. Les flancs très profonds sont également une caractéristique de cette race.

Les pattes sont moyennes et robustes[6]. Les pieds sont ronds et fermes.

Queue

Il s'agit précisément de la caractéristique de cette race. Il existe quatre catégories de manx :

Seuls les rumpy (riser) sont acceptés en championnat. Si le juge ne peut faire tenir debout ou marcher correctement le chat, celui-ci est disqualifié[1].

Tête

On peut remarquer les bajoues puissantes chez ce manx blanc

La tête est large avec des contours arrondis et des pommettes saillantes, un museau rond et le crâne arrondi avec des courbes légèrement concaves. Le nez est court et large, et un léger stop est admis. Les mâles adultes ont des bajoues puissantes.

Les yeux sont placés éloignés l'un de l'autre sur la tête. Ils sont grands et ronds et d'une couleur assortie à la robe. Les oreilles sont arrondies à leur extrémité, petites à moyennes et larges à la base et bien espacées sur le crâne, de manière à respecter la courbure de la tête. Des oreilles placées trop droites entraînent des pénalités.

Robe et fourrure

La fourrure est courte, dense, ferme et dressée à un tel point qu'elle s'ouvre sur l'encolure lorsque le chat tourne la tête. Lorsqu'on caresse un manx, on a l'impression de toucher les poils d'un tapis de laine et le sous-poil est abondant ce qui donne une impression de bonne protection.

Toutes les couleurs sont acceptées. En terme de patrons, sont autorisés : tous les tabby[L 1], les solides, les solides blancs, les tabby et blancs, les silver et les smoke sont autorisés.

Race dérivée : le cymric

Article à lire : Cymric
Cymric gris.

Le cymric est la variété à poil mi-long du manx. Il a la même tête que le manx, à savoir nez incurvé et tête ronde. Il est né naturellement de l'apparition de l'allèle du poil long chez les chats sans queue. Cet allèle semblait exister depuis les années 1940-1950 ; cependant, jusque vers 1960, les individus à poil-mi long étaient soigneusement écartés des expositions. Mais, vers cette même date, les éleveurs américains commencèrent à s'y intéresser et fixèrent ce caractère dans le but de créer une nouvelle race. Il est aujourd'hui reconnu par la plupart des grandes fédérations mais a eu du mal à percer[1].

Caractère

Le manx est considéré comme un chat équilibré et facile à vivre

Le manx est un chat au caractère équilibré et facile à vivre, comme l'européen. Malgré son tempérament calme, ce chat anoure n'en reste pas moins un excellent chasseur et joueur, et ce à tous les âges[6]. Ce chat très affectueux et sociable arrive à très bien se faire comprendre malgré son absence de queue grâce à des expressions de visage et des miaulements très parlants[1]. Les manx entre eux respectent la parité : les mâles sont aussi attentionnés envers leurs chatons que les femelles[6].

Élevage

Reproduction

Les chatons comme celui-ci arrivent généralement par portées réduites

La puberté des femelles manx arrive tardivement. Une étude de 1978 a montré que le premier œstrus se trouvait en moyenne à 12,4 mois avec des valeurs comprises entre 4 et 21 mois[7].

Les portées sont réduites : 1 chaton sur 5 meurt à l'état d'embryon, d'autres naissent avec des malformations[1]. Les croisements avec des cymric (variété à poil mi-long), des british longhair et shorthair sont les seuls autorisés en dehors de la race. Dans la race elle-même, les rumpy, rumpy-riser et stumpy ne peuvent être croisés qu'avec des longy[6].

Entretien

L'entretien d'un manx est très facile. Il n'a pas besoin de nourriture particulière. En fait, il n'a presque pas besoin d'entretien si ce n'est le brossage habituel de son poil.

Santé

Le manx ne connaît aucun problème de santé particulier. Une autre caractéristique agréable de cette race est son exceptionnelle longévité : bien traité, il peut atteindre allègrement les 20 ans et ce sans problèmes particuliers dus à cet âge.

Génétique

Le gène manx porte le nom du manx, chez qui il a été découvert. Présent chez tous les vertébrés, il permet le développement de la colonne vertébrale et, notamment, de la queue. L'apparition de la race manx est due à une mutation, qui a causé l'apparition d'une nouvelle version du gène, l'allèle mutant M, qui provoque un développement anormal des vertèbres et du coccyx, et empêche le développement de la queue. Un chat portant un allèle mutant M, et un allèle normal m aura donc une queue considérablement raccourcie, voire absente : ce sera un chat manx.

Cependant, comme le nouvel allèle M est dominant, si un chat porte deux allèles M, les malformations seront tellement importantes qu'elles empêcheront la colonne vertébrale de bien se former, ce qui n'est pas viable : la moelle épinière ne se développe pas complètement, et le chaton meurt dans l'utérus de sa mère. Tous les chatons arrivant à terme sont donc hétérozygotes.

La génétique est donc un des autres problèmes de l'élevage, car les manx auront en moyenne moins de petits par portée que les autres races, et que, les manx possédant tous un allèle normal m, ils peuvent le transmettre à leurs chatons qui ne seront donc pas forcément manx... Tous les chats manx ne naissent pas sans queue, le gène responsable de cette particularité n'ayant pas encore été fixé[1]. Les mariages entre rumpy sont interdits car cela peut causer la présence d'un gène mortel. Il est donc conseillé d'accoupler les manx rumpy avec des british longhair ou shorthair pour y remédier, mais dans ce cas-là certains chatons sont des british[6].

Le manx dans l'Art et l'Histoire

Références

Un oriental shorthair et une chatte manx calico[L 3] dans une exposition féline de 2005.
  1. 1 2 3 4 5 6 7 Christiane Sacase, Les chatsSolarcoll. « Guide vert », ‎ , 256 p. (ISBN 2-263-00073-9) « Manx » (fr) 
  2. Principaux standards de la race :
  3. Chiffres du LOOF 2003-2014
  4. Chiffres du GCCF 2006-2010
  5. Chiffres du GCCF 2012
  6. 1 2 3 4 5 Fiche LOOF
  7. (fr) Aurélie STENKISTE, « Contribution à l'étude des conditions de mise-bas et de la mortalité des chatons chez le chat de race en France », sur http://theses.vet-alfort.fr/, École nationale vétérinaire d'Alfort, ‎ 2009 (consulté le 24 novembre 2015)

Lexique

Un chat tabby. La robe tabby est celle qui se rapproche le plus de la couleur du chat sauvage : les zébrures permettent un excellent camouflage. Les deux couleurs des zébrures d'un chat tabby peuvent être de n'importe quelle combinaison de couleurs.
  1. 1 2 3 tabby (pluriel : tabbies) : chat dont la robe présente des zébrures de deux couleurs. Ces chats sont également appelés chats tigrés. Cependant, il existe aussi d'autres motifs de tabby : en motif escargot (marblé), tacheté (spotted)...
  2. robe : la couleur et les motifs de la fourrure, chez un chat.
  3. calico : robe de chat, présentant un mélange de taches de couleurs noires, rousses et blanches (également appelée « tricolore »). Le gène permettant la robe calico est situé sur le chromosome X, donc toutes les chattes calico sont normalement des femelles : comme les mâles ne possèdent qu'un seul chromosome X, ils peuvent être soit blancs, soit roux et noirs (écaille de tortue), mais jamais les deux à la fois, sauf anomalie.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Standards

Autres

Bibliographie

Article mis en lumière la semaine du 21 mars 2016.
Super article
Cet article a été élu super article ! Tu peux voir sa page de vote ici.
Portail des félins   Tous les articles sur les félins.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.