Xavier Ruel

Xavier-François Ruel, né à Annonay le et mort à Cannes le , est un commerçant, philanthrope et homme politique français, connu pour avoir fondé un grand magasin parisien, le Bazar de l'Hôtel de Ville (BHV).

Pour les articles homonymes, voir Ruel.

Xavier Ruel

Gravure de Puchot d'après une photographie de Marmand.
Fonctions
Conseiller municipal de Paris
(Quartier Notre-Dame)
Prédécesseur Yves Guyot
Successeur Théodore Jeaud
Prédécesseur Théodore Jeaud
Successeur Paul Baranton
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Annonay
Date de décès
Lieu de décès Cannes
Nature du décès Pneumonie
Sépulture Cimetière du Père-Lachaise
Nationalité Français
Parti politique Opportuniste
Profession Commerçant
Résidence no 54, rue de Rivoli

Biographie

Xavier Ruel est le fils d’Étienne Ruel, tanneur à Annonay, et de Marie-Madeleine Filhol. À la mort de son père, Xavier est placé en apprentissage chez un tisserand, qui le traite mal et dont il quitte l'atelier à l'âge de onze ans[1].

Après avoir débuté dans le commerce à des postes très modestes, Ruel fonde son premier établissement à Lyon en 1846. Trois ans plus tard, il épouse Marie-Madeleine Poncerry (1825-1914). L'une de leurs filles, Louise, née en 1855, mourra de tuberculose en 1877. En sa mémoire, Ruel créera quelques années plus tard une maison de santé pour jeunes filles, qu'il installera dans la villa Daigremont à Cannes (aujourd'hui collège André Capron).

En 1852, Ruel quitte Lyon pour s'installer à Paris, où il fait tout d'abord vendre sa marchandise dans la rue par une vingtaine de camelots avant de fonder en 1854[2] un grand magasin, le futur BHV, à l'emplacement même où ses vendeurs réalisaient leurs meilleurs chiffres[1]. Les locaux, situés sur la rue de Rivoli, sont d'abord loués à la journée, puis à la quinzaine, puis au mois, avant que Ruel n'en devienne le propriétaire[2].

Affiche pour le BHV au début des années 1890.
Anciennes dépendances du BHV, rue du Cloître-Notre-Dame (architecte : Ernest Papinot, 1893).
Photographie de Ruel par Marius (vers 1890).
Cimetière du Père-Lachaise, sépulture de Xavier Ruel.

Ruel se fait apprécier dans le 4e arrondissement par de nombreux actes de philanthropie. Pendant le siège de la capitale, il a fait distribuer chaque jour 500 kilogrammes de pain aux pauvres de son quartier. Il a ensuite fondé un dispensaire gratuit dans la rue du Cloître-Notre-Dame (1887), transféré plus tard dans la rue du Plâtre, et une « pension alimentaire » dans la rue de la Verrerie, où des repas étaient servis à prix très réduits. Il a également été bienfaiteur et président d'honneur des sociétés de secours mutuels des quartiers Notre-Dame, de l'Arsenal et Saint-Merri.

Le 4 mai 1884, il est élu conseiller municipal dans le quartier Notre-Dame, où il bat dès le premier tour le sortant, le radical « autonomiste » Yves Guyot, par 1 030 voix contre 838. Républicain modéré (« opportuniste »), Ruel n'est pourtant pas défavorable, sous certaine conditions, à la création d'une mairie centrale de Paris, rejoignant ainsi en partie les revendications des radicaux autonomistes[2].

En février 1886, Ruel est accusé d'avoir vendu de mauvaise foi des « bijoux fourrés » (c'est-à-dire plaqués d'une fine couche de métal précieux) et de posséder une fabrique de faux articles de Paris à Sonneberg, en Allemagne. Ce dernier établissement n'était en réalité qu'une simple agence d'achat de marchandises, que Ruel ne possédait plus depuis plusieurs années. Affirmant cependant qu'un élu ne doit pas être soupçonné, Ruel démissionne de son poste de conseiller municipal le 19 février[2].

Très vite, l'innocence et la bonne foi de Ruel sont établies dans les deux affaires[2]. Il décide donc de reprendre au radical-socialiste autonomiste Théodore Jeaud son siège à l'hôtel de ville à l'occasion des élections de mai 1887. Arrivé nettement en tête du premier tour, avec 744 voix, contre 552 à Jeaud, 413 au monarchiste Durnerin et 345 à un autre radical-socialiste autonomiste, Turin, il l'emporte au second tour, par 1 078 suffrages, contre 838 à Jeaud.

Lors des élections législatives de 1889, Ruel est candidat dans la 2e circonscription du 4e arrondissement. Au premier tour, il arrive en troisième position, avec 1 628 voix, derrière le boulangiste Jules Thiessé (1 940 voix) et le radical-socialiste Henri-Blaise Chassaing (2 005 suffrages)[3]. Ce dernier est élu au second tour, Ruel s'étant désisté en sa faveur[4].

Ruel est réélu avec de larges majorités aux premiers tours des élections municipales de 1890 et 1893. Lors du scrutin de mai 1896, avec 1 041 suffrages, contre 668 à l'avocat républicain socialiste Achille Voillaume, 377 au socialiste rochefortiste Bonvalet et 117 au républicain indépendant Dabault, il lui manque moins de 90 voix pour ne pas être mis en ballotage[5]. La semaine suivante, il est réélu par 1 094 voix, contre 1 015 à Voillaume[6].

Par décret du 31 décembre 1892, Xavier Ruel est nommé chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur.

Mort d'une pneumonie dans sa villa cannoise, il est inhumé à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (division 81) après des obsèques célébrées le 5 février en la cathédrale Notre-Dame de Paris en présence de nombreux officiels. Sa fortune est évaluée à 80 millions de francs[7].

Références

  1. Le Figaro, 11 février 1900, p. 3.
  2. Gay, p. 105-106.
  3. Le Rappel, 24 septembre 1889, p. 1.
  4. Le Rappel, 7 octobre 1889, p. 2.
  5. L'Intransigeant, 5 mai 1896, p. 1.
  6. L'Intransigeant, 5 mai 1896, p. 1.
  7. Le Figaro, 3 février 1900, p. 1.

Bibliographie

  • Ernest Gay, Nos édiles, Paris, 1895, p. 105-108.
  • Nobuhito Nagaï, Les Conseillers municipaux de Paris sous la IIIe République (1871-1914), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 247.

Liens externes

  • Portail de Paris
  • Portail du commerce
  • Portail de la politique française
  • Portail de la France au XIXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.