Phare de Boulogne-sur-Mer

Le phare de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, est un phare classé « phare en mer » (le seul de la région) se trouvant en bout de la jetée Carnot sur des anciennes fortifications. La tour cylindrique est en maçonnerie lisse blanche, et verte en son sommet.

Phare de Boulogne-sur-Mer
Le phare vu depuis la digue Carnot en 2018
Localisation
Coordonnées
50° 44′ 26″ N, 1° 34′ 04″ E
Adresse
Histoire
Construction
Automatisation
Oui
Gardienné
Non
Visiteurs
Non
Architecture
Hauteur
22 m
Hauteur focale
25 m
Équipement
Lanterne
Halogénures métalliques, 250 W
Optique
Verre taillé à 6 panneaux,
focale 0,25 m
Portée
23,5 NM
Feux
Fl(2+1) W 15s
Identifiants
ARLHS
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
Localisation sur la carte de France

Il est accessible au public (mais non visitable), en tenant bien compte de l'horaire des marées. Il est aussi déconseillé de s'y rendre par grand vent, mais le paysage y est exceptionnel.

Historique

Il existait un phare antique, la Turris Ardens, Turris Ordens, Turris Ordinis ou Farus Odraus.

Cette tour fut érigée sur ordre de l'empereur romain Caligula[1] en l'an 39 apr. J.-C., après qu'il eut renoncé à envahir l'Angleterre. Ses feux devaient briller toutes les nuits comme à Alexandrie. À partir de 39 apr. J.-C., la côte de Boulogne-sur-Mer est donc éclairée par l'un des premiers phares au monde avec la Tour de Pharos à Alexandrie.

La tour ne se trouvait pas à la place du phare actuel, mais sur la falaise, à l'emplacement de l'actuel Calvaire des Marins. Haute de 60 mètres, hauteur remarquable pour l'époque, elle était de forme pyramidale sur plan octogonal et comportait 13 niveaux. Elle était faite de rangs alternés de pierres et de briques.

Charlemagne la restaure en 811.

En 1544 les Anglais l'entourent d'un fort en brique avec quatre bastions d'angle.

Dénommée par la suite tour d'Ordre, tour d'Odre, ou tour Caligula, l'érosion et le manque d'entretien ont eu raison du bâtiment antique, qui s'est écroulé le à la suite d'un éboulement de la falaise provoqué par une carrière située au niveau de ses fondations. La tour fut par la suite progressivement détruite jusqu'au XXe siècle.

Des vestiges seront visibles jusqu'en 1930. Elle a marqué des siècles durant l'entrée du port de Boulogne.

Le phare actuel a été automatisé en 1968.

Notes et références

  1. Philip Plisson et Guillaume Plisson, Phares ouest, Éditions du Chêne, , 240 p. (ISBN 978-2-8427-7116-4), p. 106

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des phares
  • Portail de la Manche
  • Portail de Boulogne-sur-Mer
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.