Guy Delisle

Guy Delisle est un auteur de bande dessinée et animateur québécois, né le à Québec (Canada).

Pour les articles homonymes, voir Delisle.
Guy Delisle
Guy Delisle en 2015.
Nom de naissance Guy Delisle
Naissance
Québec Canada
Profession
Distinctions

Il est connu pour ses bandes dessinées autobiographiques, dont Pyongyang et Chroniques de Jérusalem.

Biographie

Après des études d'arts plastiques, il se tourne vers l'animation au Sheridan College d'Oakville (Ontario)[1], il travaille dans différents studios à travers le monde, d'abord à Montréal pendant deux ans, puis en Europe (Allemagne, France), en Asie (Chine en 1995 et 1997, Viêt Nam, Corée du Nord, Jérusalem) et à La Réunion. Il réalise en 1994 son premier court-métrage : Trois petits chats[1].

Ses expériences de superviseur d'animation en Asie fourniront ainsi matière à deux albums autobiographiques, Shenzhen en 2001 et Pyongyang en 2003, diffusés en France par la maison d'édition l'Association[1].

Paru en 2007, Chroniques birmanes relate un séjour d'une année qu'il effectue à Rangoon où il suit son épouse, expatriée de Médecins sans frontières[1].

Quatre ans plus tard paraît Chroniques de Jérusalem qui relate l'année 2008-2009 passée par la famille en Israël[1]  il a en particulier vécu en direct l'Opération plomb durci à Gaza en décembre 2008. L'album lui vaut le prix du meilleur album au festival d'Angoulême en 2012[2]. Ses ouvrages sont traduits dans plusieurs langues[1].

En 2013, il publie Le Guide du mauvais père, histoires courtes humoristiques sur la difficulté d'élever ses enfants.

Le réalisateur américain Gore Verbinski et le scénariste Steve Conrad devaient porter l'album Pyongyang au cinéma, Verbinski en ayant acquis les droits à l'été 2012[3], mais ce projet est annulé fin 2014 suite aux menaces entourant L'Interview qui tue !, un autre film sur la Corée du Nord[4],[5].

En 2016 paraît S'enfuir, récit d'un otage français dans le Caucase[6]. En parallèle, à partir de 2013, il entreprend la chronique humoristique de la vie de famille avec Le Guide du mauvais père (Delcourt)[7]. Auparavant, Delisle s'est inspiré de ses enfants avec la série Louis, démarrée en 2005 (Delcourt).

Œuvres

  • L'aventure est au coin de la rue, Opossum Production,
  • Réflexion, Collection Patte de Mouche, L'Association, 1996 (ISBN 2-909020-72-X)
  • Aline et les autres, L'Association, 1999 (ISBN 2-84414-015-7)
  • Shenzhen, L'Association, 2000 (ISBN 2-84414-035-1)
  • Inspecteur Moroni 1 : Premiers pas Dargaud, 2001 (ISBN 2-205-05081-8)
  • Albert et les autres, L'Association, 2001 (ISBN 2-84414-074-2)
  • Comment ne rien faire, La Pastèque, 2002 (ISBN 2-922585-09-3)
  • Inspecteur Moroni 2 : Avec ou sans sucre Dargaud, 2002 (ISBN 2-205-05256-X)
  • Pyongyang, L'Association, 2003 (ISBN 2-84414-113-7)
  • Inspecteur Moroni 3 : Le Syndrome de Stockholm, Dargaud, 2004 (ISBN 2-205-05551-8)
  • Louis au ski, Delcourt, collection Shampooing, 2005 (ISBN 2-84789-970-7)
  • Chroniques birmanes, Delcourt, collection Shampooing, 2007 (ISBN 978-2-7560-0933-9)
  • Louis à la plage, Delcourt, collection Shampooing, 2008 (ISBN 978-2-7560-1458-6)
  • Chroniques de Jérusalem, Delcourt, collection Shampooing, 2011 (ISBN 978-2-7560-2569-8) - Fauve d'or : prix du meilleur album en 2012
  • Le Guide du mauvais père[8], Delcourt, collection Shampooing
  1. tome 1, 2013 (ISBN 978-2-7560-3873-5)
  2. tome 2, 2014 (ISBN 978-2-7560-4777-5)
  3. tome 3, 2015 (ISBN 978-2-7560-6647-9)
  4. tome 4, 2018 (ISBN 978-2-413-00280-2)
  • S'enfuir, récit d'un otage, Dargaud, 2016 (ISBN 978-2-205-07547-2)
  • Ici ou ailleurs, avec Jean Echenoz (préface), L'Association « Hors collection », 2019 (ISBN 978-2844147455)[9].

Expositions

  • Intervalles Shenzhen - Pyongyang, production CREA - illiko, scenographie Bekir AYSAN (Beko)
  • Festival illiko Kingersheim - France -
  • Festival BD-FIL Lausanne - Suisse -
  • Festival Plein la bobine Auvergne - France -
  • Mikros Image Paris - France -
  • Zootropie 1 Chicoutimi - Canada -

Filmographie

Guy Delisle a travaillé sur plusieurs productions d'animation, dont :

Distinctions

Notes et références

  1. Pim Verschuuren, « Chronique du monde. Entretien avec Guy Delisle, propos recueillis par Pim Verschuuren », Revue internationale et stratégique, no 94, , p. 6-16 (ISBN 9782200928995, présentation en ligne).
  2. « FAUVE D'OR – PRIX DU MEILLEUR ALBUM 2012 », Site officiel du Festival d'Angoulême (consulté le 5 mai 2012)
  3. Fabien Deglise, « Le Pyongyang de Guy Delisle porté au grand écran », Le Devoir, (ISSN 0319-0722, lire en ligne)
  4. Guy Delisle, « Adieu Hollywood », .
  5. Susie Bourquin, « Guy Delisle, victime de la pression nord-coréenne ? », Europe 1, (lire en ligne).
  6. Eric Libiot, « La captivité d'un otage en BD », L'Express, (lire en ligne)
  7. Marie-France Bornais, « Anecdotes au quotidien », Le Journal de Montréal, .
  8. Aurélia Vertaldi, « Les dix conseils hilarants de Guy Delisle pour devenir un mauvais père », Le Figaro, (lire en ligne)
  9. Frédérique Roussel, « Ici ou ailleurs, la fiction est au coin de la rue », Libération, 28 août 2019.
  10. Sébastien Naeco, « Retour sur les prix d’Angoulême », sur Le Comptoir de la BD, blog journaliste Le Monde,
  11. « Les 6 finalistes du Prix de la BD Fnac 2017 dévoilés », article du site huffingtonpost.fr du 5 janvier 2017.'
  12. « Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires : les lauréats 2018 », sur iledefrance.fr,

Annexes

Bibliographie

  • Patrick Gaumer, « Delisle, Guy », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, (ISBN 9782035843319), p. 239-240.
  • Guy Delisle (interviewé) et Damien Perez, « Pères et impairs », Casemate, no 55, , p. 8-10.
  • Guy Delisle (interviewé) et Sophie Bogrow, « Otage, sans désespoir », Casemate, no 95, , p. 19-21.

Liens externes

  • Portail du Québec
  • Portail de la bande dessinée francophone
  • Portail de l’animation
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.