Glomeromycota

Les gloméromycètes (Glomeromycota) constituent un groupe de champignons très peu connus du public mais écologiquement indispensables. Ce sont des champignons mycorhiziens vivant en symbiose avec les racines d'un grand nombre de plantes. Environ 90 % des végétaux forment des telles associations symbiotiques avec des Gloméromycètes[1].

Glomeromycetes
Gigaspora margarita
sur des racines de Lotus japonicus
Classification
Règne Fungi

Division

Glomeromycota
C. Walker & A. Schüssler (2001)

Classe

Glomeromycetes
Caval.-Sm. (1998)

On en a décrit environ 150 espèces, mais il en existe vraisemblablement beaucoup plus.

Au niveau systématique les gloméromycètes constituent une division du règne des champignons (Fungi ou Mycota). Cette division a été créée récemment sur la base d’études phylogénétiques ; ces champignons étaient autrefois classés dans l’ordre des Glomales parmi les zygomycètes (Zygomycota). Cette division n'est constituée que de la classe Glomeromycetes.

Multiplication

Les gloméromycètes ont généralement un mycélium coénocytyque, leur multiplication végétative se fait de manière asexuée par le développement blastique de la pointe de l'hyphe pour produire des spores[2] ou glomérospores d'un diamètre de 80 à 500 μm[3]. Dans certains cas, des spores complexes se forment dans un saccule terminal[2].

La germination des spores de Gigaspora margarita est stimulée par les produits volatils d'actinomycètes du sol [4].

Taxons subordonnés

D'après la 10e édition de Dictionary of the Fungi[5] (2007), cette division et cette classe sont constituées des ordres suivants :

  • Archaeosporales
  • Diversisporales
  • Paraglomerales
  • Glomerales

Voir aussi

Notes et références

  1. Campbell and Reece, Biology, Pearson Education
  2. (en) Arthur Schüβler, Daniel Schwarzott et Christopher Walker, « A new fungal phylum, the Glomeromycota: phylogeny and evolution », Mycological Research, vol. 105, no 12, , p. 1413–1421 (DOI 10.1017/S0953756201005196, lire en ligne, consulté le 20 février 2020)
  3. (en) Luc Simon, Jean Bousquet, Roger C. Lévesque et Maurice Lalonde, « Origin and diversification of endomycorrhizal fungi and coincidence with vascular land plants », Nature, vol. 363, no 6424, , p. 67–69 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/363067a0, lire en ligne, consulté le 20 février 2020)
  4. Carpenter-Boggs L, Loynacgan TE, Stahl PD (1995) Spore germination of Gigaspora margarita stimulated by volatiles of soil-isolated actinomycetes. Soil Biol Biochem 27:1445–1451 (résumé)
  5. P.M. Kirk, P.F. Cannon, D.W. Minter, J.A. Stalpers, Dictionary of the Fungi, 10e édition (2007), Wallingford: CABI. (ISBN 0-85199-826-7) (cf. speciesfungorum.org).

Sources

Références externes

  • Portail de la mycologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.