Ferdowsi

Abū-l-Qāsim Manṣūr ibn Ḥasan al-Ṭūṣī, (en persan : أبو القاسم منصور بن حسن طوسی) surnommé Ferdowsi (en persan : فردوسی) (transcrit aussi Ferdowsî[1], Firdawsi[2], Ferdawsi[3], Firdousi[4], Ferdousi[5] ou Ferdauci[6]) est un poète persan du Xe siècle. Surnommé « le Recréateur de la langue persane », il écrivit la plus grande épopée en langue persane intitulée le Livre des Rois. Il est né dans le village de Badji à côté de la ville de Tous (Khorassan, Iran), vers 940. Il est mort probablement vers 1020.

Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Ferdowsi
Une statue de Ferdowsi à Téhéran
Biographie
Naissance
Vers ou
Tous
Décès
Noms de naissance
Hakīm Abol-Ghāsem Ferdowsī Tūsī
حکیم ابوالقاسم فردوسی طوسی
Activités
Autres informations
Religion
Prononciation
Œuvres principales

Biographie

Ferdowsî (du persan pardis : paradis, que l'arabe a compris comme un pluriel farâdîs dont le singulier est firdaws ou firdaous, revenu en persan sous la forme ferdows) est né dans une famille de dihkans (propriétaires terriens). Selon Nizami, il aurait été de religion musulmane, mais des chercheurs pensent qu'il pouvait aussi suivre les rites zoroastriens[7].En effet, sa famille s'employait à perpétuer les épopées perses anciennes et zoroastriennes compilées sous les Sassanides en pehlevi[8].

À partir de ses vingt-cinq ans et pour quarante années, il consacra sa vie à l'écriture de l'épopée nationale persane, pour laquelle il n'obtint de son vivant que peu de reconnaissance, alors même qu'elle allait devenir l'un des textes les plus importants de la littérature persane.

Il se rendit, alors âgé de 65 ans, à Ghazna, en Afghanistan où sa constante recherche d'un protecteur le mit en contact avec l'un plus grands hommes politiques de son temps, le sultan Mahmoud de Ghazna. Il composa, à sa demande, le Shah Nameh, histoire des anciens rois de Perse.

Mais tandis qu'il se livrait au travail dans la retraite, ses ennemis le perdirent dans l'esprit du roi.

Celui-ci aurait promis une pièce d'or par vers au poète, mais l'œuvre finale en comptant plus de 60 000, le sultan n'accepta de payer qu'en pièces d'argent. Mal récompensé par ce monarque, il lança contre lui une vive satire et s'expatria. Ils se disputèrent donc pour des questions d'argent mais aussi de religion, et Ferdowsî fut contraint de fuir vers d'autres cours. Sa réputation lui valut la protection du calife abbasside de Bagdad.

Il composa aussi plusieurs poèmes lyriques. Un Youssouf et Zouleïkha, qui narre les aventures de Joseph et de la femme de Putiphar et contient 9 000 vers lui a parfois été attribué[8] ; néanmoins, certains spécialistes estiment qu'il est plutôt de la main d'un poète de la seconde moitié du XIe siècle[9]

Bien plus tard, Ferdowsî regagna sa ville natale. Regrettant son ingratitude, Mahmoud aurait ordonné qu'il soit finalement payé au juste prix. Quand le convoi arriva à Tous, il en croisa un autre : c'était le cortège funéraire du plus grand poète qui venait de mourir dans le dénuement complet.

Hommages

Le tombeau de Ferdowsi à Tous.
  • Dans le livre Avicenne de Gilbert Sinoué, Ferdowsî apparaît à quelques reprises comme personnage secondaire.

Quelques vers de Ferdowsî

Au nom du maître de l’âme et de l’intelligence,

au-delà duquel la pensée ne peut aller,

du maître de la gloire, du maître du monde,

du maître de la fortune, de celui qui envoie les prophètes,

du maître de Saturne et de la rotation des sphères,

qui a allumé la lune et l’étoile du matin, et le soleil;

qui est plus haut que tout nom, que tout signe, que toute idée,

qui a peint les étoiles au firmament.

Si tu ne peux voir de tes yeux le Créateur,

ne t’irrite pas contre eux, car la pensée même ne peut atteindre

celui qui est au-delà de tout lieu et de tout nom,

et tout ce qui s’élève au-dessus de ce monde

dépasse la portée de l’esprit et de l’intelligence.

Le Livre des rois. Trad. Jules Mohl.

C'est le livre des rois des anciens temps,
Évoqués dans des poèmes bien éloquents
Des héros braves, des rois renommés
Tous un par un, je les ai nommés
Tous ont disparu au passage du temps
Je les fais revivre grâce au persan
Tout monument se détruit souvent
À cause de l'averse, à cause du vent
J'érige un palais au poème persan
Qui ne se détruira ni par averse ni par vent
Je ne mourrai jamais, je serai vivant
J'ai semé partout le poème persan
J'ai beaucoup souffert pendant trente ans
Pour faire revivre l'Iran grâce au persan

  • Traduits par Mahshid Moshiri.
  • Dictionnaire des poètes renommés persans: À partir de l'apparition du persan dari jusqu'à nos jours, Téhéran, Aryan-Tarjoman, 2007.

Références

  1. Ferdowsi. Le Livre des Rois. Arles : Sindbad, Actes Sud, 1996.
  2. Cl. Huart, H. Massé, H., V. L. de Ménage, “Firdawsī”, in: Encyclopédie de l’Islam
  3. https://www.linternaute.com/biographie/ferdawsi/
  4. Par exemple l'allée qui porte son nom dans le parc Monceau à Paris
  5. Millénaire du grand poète persan Ferdauci, , 44 p. (lire en ligne).
  6. K. E. Eduljee, « Zoroastrian Heritage: The Legacy of Ferdowsi », sur Zoroastrian Heritage, (consulté le 7 décembre 2019)
  7. Y. Thoraval, Dictionnaire de civilisation musulmane, Larousse, 2003, (ISBN 2-03-720235-0)
  8. Z. Safâ. Anthologie de la poésie persane. Paris : Gallimard/UNESCO, 1987, p. 67.
  9. http://www.ebru.be/Streets/streets1020/bruxelles-1020-avenue-ferdauci.html
  10. http://www.reflexcity.net/bruxelles/communes/ville-de-bruxelles/laeken/avenue-ferdauci/localisation

Traductions en français

  • Le Shah Name publié en persan à Londres par le capitaine Turner Macan, 1829, 4 volumes in-8°. Traduction anglaise par James Atkinson, Londres, 1831. Cet ouvrage a été traduit en français, et publié avec le texte et des commentaires, par Jules Mohl, avec la collaboration de Charles Barbier de Meynard, Paris, 1876-1878, 7 volumes.
  • Le Livre des Rois, extraits de la traduction de Jules Mohl choisis par Gilbert Lazard, Éd. Sindbad, Actes Sud, 2002, (ISBN 978-2742-73832-8)
  • Kavé le forgeron, traduction Parviz Abolgassemi, Aix-en-Provence, Presses de l'Université de Provence, 1990, (ISBN 9782853992442)
  • Shâhnâmeh: Le Livre des Rois, Introduction et traduction (intégrale) de Pierre Lecoq, Préface de Nahal Tajahood, Paris, les Belles Lettres, 2019, 1740 p. (ISBN 978-2-251-45029-2) / (Feuilleter le début du livre)

Bibliographie

  • Yves Bomati, Houchang Nahavandi, Les grandes figures de l'Iran, Perrin, Paris, 2015. Un chapitre est consacré à Ferdowsi (ISBN 978-2-262-04732-0)

Liens externes

  • Portail de l’Iran et du monde iranien
  • Portail de la poésie
  • Portail de l’Afghanistan
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.