Fathia Ghali

Fathia Ghali (en arabe : فتحية بنت فؤاد الأول) ; - ) est la plus jeune fille du roi d'Egypte Fouad Ier et de sa seconde épouse Nazli Sabri, et la plus jeune sœur de Farouk.

Fathia Ghali
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance

Koubbeh Palace (en)
Décès
Sépulture
Holy Cross Cemetery (en)
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Farouk Ier d'Égypte
Faika d'Égypte (en)
Fawzia d'Égypte
Faiza Rauf (en)

Biographie

Fathia Ghali naît le au Caire. Quand elle a six ans, son père meurt, et elle est élevée surtout par sa mère et par sa sœur Faika[1].

En 1948, elle déménage aux États-Unis avec sa mère et sa sœur, pour que sa mère puisse se faire opérer d'un rein. Après la chirurgie, elle s'installe à Los Angeles[1].

C'est là qu'elle rencontre Riyad Ghali, un homme du peuple nommé conseiller royal auprès d'elle par son frère, et âgé de onze ans de plus qu'elle[1],[2]. Le , elle épouse Riyad Ghali, à San Francisco[3]. Il est catholique, et elle se convertit de l'islam au catholicisme. À l'annonce du mariage, elle est destituée de son titre royal par son frère et interdite à vie de séjour en Egypte ; elle affirme que sa collection de bijoux lui suffira pour vivre sans son héritage[1],[4].

Le couple et la mère de Fathia Ghali vivent dans l'opulence à Beverly Hills. Avec le temps, l'argent vient à manquer : malgré les ventes de bijoux précieux, ils doivent d'abord déménager à Santa Monica, puis à West Hollywood[5]. En 1973, elle demande un divorce, de mauvais investissements de Ghali ayant fait perdre tout leur argent à la famille. La même année, elle déclare une faillite personnelle et vend les derniers bijoux de sa mère[1].

Le , le jour de son retour prévu en Égypte après la fin de son exil[5], elle se rend au domicile de son ex-mari pour récupérer des vêtements de sa mère. Elle y trouve Riyad Ghali ivre. Refusant de la laisser partir, il lui tire six fois dans la tête avec un revolver, avant de se tirer une balle à son tour. Il survit au coup de feu et est emprisonné[1]. Plus tard, en prison, il justifie le meurtre en affirmant qu'il ne peut pas l'imaginer avec quelqu'un d'autre que lui[6].

Après un an, en raison de problèmes de santé, Riyad Ghali est libéré de prison[1].

Notes et références

  1. « Fathaya Ghali (1930-1976) - French A Grave... », sur www.findagrave.com (consulté le 14 avril 2018)
  2. (en) Farouk Hashem, Farida, the Queen of Egypt : A Memoir of Love and Governance, AuthorHouse, , 230 p. (ISBN 978-1-4918-7173-7, lire en ligne)
  3. « Fathia Ghali - Sommaires Biographiques de Personnes Notables - MyHeritage », sur www.myheritage.fr (consulté le 14 avril 2018)
  4. « Moslem Re-marriage For Fathia And Ghali », Sydney Morning Herald (NSW : 1842 - 1954), , p. 1 (lire en ligne, consulté le 14 avril 2018)
  5. (en-GB) « A royal fortune lost and found », sur Financial Times (consulté le 14 avril 2018)
  6. (en) David B. Rosten, The Last Cheetah of Egypt : A Narrative History of Egyptian Royalty from 1805 to 1953, iUniverse, , 172 p. (ISBN 978-1-4917-7939-2, lire en ligne)

Annexes

  • Portail de l’Égypte
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.