Entéromorphe

L’Entéromorphe, Enteromorpha, est un genre d'algues vertes de la famille des Ulvaceae. Selon certaines sources (le WRMS ou le NCBI par ex.), le taxon Enteromorpha n'est pas valide et les espèces qu'il renferme sont placées dans le genre Ulva.

Enteromorpha

Morphologie

Ce sont des algues à structure palissadique, ayant la forme d'un tube dont le diamètre est assez constant chez un même individu, mais variable selon les espèces[1]. Ce tube peut parfois être aplati, ou ramifié. La paroi du tube est formée d'une couche unique de cellules. Chaque cellule végétative possède un seul noyau et un seul chloroplaste.

Reproduction

Le cycle de vie des espèces d'Enteromorpha présente de grandes ressemblances avec celui d'autres algues vertes de la même famille (et selon les sources du même genre) : les Ulva.

Habitat

L’entéromorphe supporte assez bien une faible salinité ; elle est commune dans les baies saumâtres. Certaines espèces peuvent aussi parfois coloniser un fleuve, comme Enteromorpha intestinalis qui remonte la Seine jusqu'à Paris[1].

Étymologie

Le terme « enteromorpha » signifie en grec : « en forme d'intestin ».

Liste d'espèces du genre Enteromorpha, considéré comme ancien (voir Ulva).

  • Enteromorpha chaetomorphoides
  • Enteromorpha clathrata (Roth) Greville
  • Enteromorpha compressa (L.) Greville
  • Enteromorpha confervacea
  • Enteromorpha crinita
  • Enteromorpha cruciata
  • Enteromorpha erecta
  • Enteromorpha flexuosa
  • Enteromorpha groenlandica
  • Enteromorpha hendayensis
  • Enteromorpha intestinalis
  • Enteromorpha lingulata
  • Enteromorpha linza
  • Enteromorpha marginata
  • Enteromorpha micrococca Kuetzing
  • Enteromorpha pilifera
  • Enteromorpha plumosa Kuetz.
  • Enteromorpha prolifera
  • Enteromorpha ralfsii
  • Enteromorpha ramulosa
  • Enteromorpha torta
  • Enteromorpha tubulosa

Les entéromorphes et l'homme

Bioindication de pollution des eaux

Certaines entéromorphes sont considérées comme des bioindicateurs : une abondance anormale, et plus encore une pullulation (« marée verte ») de ces entéromorphes est considérée comme un signe de dysfonctionnement écologique. Ces marées vertes sont généralement liées à une eutrophisation ou dystrophisation de l'eau (due à l'apport d'engrais agricoles (nitrates, phosphates), d'effluents urbains…) ou au fait qu'un milieu riche en matière organique est en train de se fermer ou de chauffer au soleil. C'est un phénomène de plus en plus fréquemment observé, par exemple en France dans la baie du Mont Saint-Michel[réf. nécessaire].

Alimentation

Ces algues peuvent être utilisées pour l'alimentation animale ou humaine.

Alimentation animale

Alimentation humaine

Traditionnellement consommée au Japon sous le nom générique de « Aonori », les entéromorphes ont été autorisées en France à la consommation humaine en décembre 1988 par le Conseil supérieur d'hygiène publique[2].

Notes et références

  1. Cabioc'h J., Floc'h J.Y., Le Toquin A., Boudouresque C.F., Meinesz A., Verlaque M. (1992) Guide des algues des mers d'Europe p 48, Delachaux et Niestlé, Neuchâtel et Paris, (ISBN 2-603-00848-X)
  2. (fr) [PDF] Ifremer, « Utilisation des algues en alimentation », Infos aquaculture, sur http://wwz.ifremer.fr, (consulté le 26 octobre 2009), p. 1

Liens externes

bibliographie

  • Portail de la phycologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.