Bandar Abbas

Bandar Abbas (en persan : بندر عباس) est une ville portuaire iranienne située au bord du golfe Persique et est la capitale de la province de Hormozgan. Elle occupe une position stratégique sur le détroit d'Ormuz.

Bandar Abbas
(fa) بندر عباس
Administration
Pays Iran
Province Hormozgan
Indicatif téléphonique international +(98)
Démographie
Population 435 751 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 27° 11′ 11″ nord, 56° 16′ 38″ est
Altitude m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Iran
Bandar Abbas
Géolocalisation sur la carte : Iran
Bandar Abbas
Sources
Index Mundi

    Géographie

    Situation

    Bandar Abbas est située sur le détroit d'Ormuz au bord du golfe Persique, plus précisément au niveau du détroit de Clarence qui la sépare de la grande île de Qeshm par une mangrove naturelle dite forêt d'Hara, ainsi que des deux îles d'Ormuz et Larak. Malgré l'absence de port naturel, sa localisation géographique est extrêmement favorable aux échanges maritimes entre l'Iran et les autres pays[1].

    Climat

    Le climat de Bandar Abbas et de sa région est chaud et humide. La température oscille en hiver entre 25 °C et 28 °C et peut monter jusqu'à 49 °C en été. La moyenne des précipitations annuelles est de 251 mm pour un taux d'humidité de 66 %.

    Mois JanFévMarAvrMaiJuiJuiAouSepOctNovDéc
    Moyenne des températures minimales (°C) 12,1 14 17,5 20,9 24,7 28 30,3 30,1 27,7 23,5 18 13,5
    Moyenne des températures maximales (°C) 23,5 24,4 27,7 31,6 36,3 38,4 38,2 37,7 36,8 35 30,4 25,5
    Précipitations (en mm) 39,7 47,5 34,8 10,7 4,8 0 0,6 2,2 0,8 1,3 5 24
    Jours de pluie 3,3 3,1 2,6 1,3 0,2 0 0,1 0,2 0,1 0,1 0,4 2,3
    Source : World Meteorological Organization
    Diagramme climatique de la région de Bandar Abbas
    Source : Walter & Lieth, logiciel : Geoklima 2.1.

    Toponymie

    Son ancien nom semble venir du persan kamrūn (crevette), ce qui donne en portugais camarão : Cambarão, Porto Comorão, Gombroon, Gamrun, Gumrun.

    Histoire

    Le détroit d'Ormuz est d'abord contrôlé par les navigateurs portugais quelques décennies après leur irruption brutale dans l'océan Indien. Les côtes près des falaises assez abruptes où se logent les premiers habitats fournissent de l'eau et des vivres aux navigateurs. La petite ville sans port, le plus souvent abandonnée pendant l'été du fait du climat malsain, des airs insalubres et pestilentiels des marais côtiers, est idéalement située entre les côtes d'Ormuz et l'île de Kichmichs.

    Les Portugais s'en saisissent en 1612, ils la confisquent au royaume de Laar, qui était entré en résistance contre leur monopole économique drastique. En 1614, l'armée du roi Abas le Grand reprend et reconstruit la petite ville portuaire, qui se nomme plus tard Bander Abass(i) ou Bender Abassi, c'est-à-dire "le port d'Abas".

    La marine de la couronne britannique, qui protège déjà les comptoirs de Surate et de Madras, impose son hégémonie en 1662. Une association avec les Persans permet la croissance économique de la ville Bender Abassi, dont les embases des maisons sont baignées par le flux des grandes marées. Les navires britanniques qui mouillent dans la belle rade y débarquent des cotonnades de l'Inde, des épices, du sucre et des métaux. Ils exportent la soie, la laine, le poil de chèvre, les peaux, les tapis, les perles et pierres précieuses et divers distillats de pétrole comme l'essence, qui viennent essentiellement du monde persan et accessoirement du lointain négoce d'Asie centrale.

    Vers 1700, la ville portuaire de Bender Abassis compte environ 1500 maisons selon Jean Chardin. Mise à part quelques maisons voyantes des facteurs des compagnies anglaise, française, hollandaise... et une cinquantaine de maisons juives associées au grand commerce, un tiers des maisons était considéré comme occupé par des gentoux de l'Inde, laissant aux habitants persans la majorité de l'habitat aux toits à plates-formes ou à terrasses et à tours à vent, soit plus de 900 maisons[2],[3].

    En 1759, la capture de la garnison est effectuée par les troupes françaises de Charles Henri d'Estaing.

    Le , l'aviateur René Weiser parvient d'une traite à Bandar Abbas après avoir décollé depuis Le Bourget dans son Breguet 19 GR, battant ainsi le record du monde de distance en ligne droite et sans escale.

    Économie

    Bandar Abbas possède un aéroport, l'aéroport international de Bandar Abbas (code AITA : BND).

    Culture

    La culture de la ville de Bandar Abbas est en partie influencée par la communauté afro-iranienne (issue de l'exploitation durant trois siècles d'esclaves originaires d'Afrique orientale[réf. nécessaire]) notamment dans le domaine de la musique.

    Notes et références

    1. (en) X. de Planhol, « BANDAR-E ʿABBĀS(Ī) », dans Encyclopædia Iranica (lire en ligne)
    2. Joachim Heinrich Campe, Bibliothèque géographique et instructive des jeunes gens, ou Recueil de voyages intéressants dans toutes les parties du monde, pour l'instruction et l'amusement de la jeunesse: Voyages de Chardin. IV, Volume 12, édité par J. E. Gabriel Dufour, 1804, traduit en français par Jean Baptiste Joseph Breton de la Martinière.
    3. Les Gentoux désignent des Indiens de confession hindoue, avec leur caste de brahmanes ; les Persans sont musulmans de diverses obédiences ou parsis.

    Liens externes

    • Portail de l’Iran et du monde iranien
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.