1936 en France

Cette page concerne l'année 1936 du calendrier grégorien.

Chronologies
Années :
1933 1934 1935  1936  1937 1938 1939
Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Événements

 Sommaire :  Haut - Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre 
  • Amorce d’une reprise économique durant l’hiver 1935-1936.

Janvier

Février

Mars

  • 6 mars : réunification de la CGT et de la CGTU au congrès de Toulouse. Ses effectifs passent de 750 000 à 4 millions d’adhérents dans l’année, notamment à la suite des grèves de mai-juin.
  • 21 mars : Charles Maurras est condamné à quatre mois de prison pour incitation au meurtre par voix de presse.

Avril

  • 17 avril : discours de Maurice Thorez retransmis par Radio Paris : il appelle à l’union de la France contre les 200 familles et tend la main aux catholiques.
  • 26 avril et 3 mai : victoire électorale du Front populaire aux législatives avec 375 députés contre 220 à l'opposition[1]. Le PCF double le nombre de ses électeurs (15 % de l'ensemble électoral) et ses députés passent de 10 à 72. Les socialistes SFIO passent de 97 sièges à 146. Le parti radical recule, de 159 sièges à 116[4].

Mai

  • 11 au 25 mai : début d'un vaste mouvement de grèves générales dans tous les secteurs, avec occupations des usines ; 70 000 grévistes en mai et deux millions en juin.
  • 11 mai : grève Breguet au Havre (occupation des locaux, élection de délégués pour négocier des conventions collectives). Le lendemain, l'arbitrage du maire, accepté par les deux parties, donne raison aux ouvriers[5].
  • 13 mai : grève Latécoère à Toulouse[5].
  • 14 mai : grève des usines Bloch à Courbevoie[5].
  • 24 mai : défilé de soutien au Front populaire pour commémorer la Commune de Paris.
  • 26 mai : le mouvement de grève se généralise dans la région parisienne[5]. près de 100 000 ouvriers métallurgistes sont en grève.
  • 27 mai : publication de l'article Tout est possible ! de Marceau Pivert, où il propose de transformer le mouvement populaire en révolution sociale.

Juin

Juillet

  • 2 juillet : loi portant à 14 ans l'âge de la scolarité obligatoire[7].
  • 24 juillet : réforme du statut de la Banque de France[7]. La loi remplace le Conseil de régence qui désignait le gouverneur par un Conseil général. Les membres du Conseil de régence étaient élus par les 200 actionnaires les plus importants (« les 200 familles »), dorénavant, ils cèdent leur place aux représentants de l'État, à ceux des « grandes forces organisées du travail et de l'activité industrielle, commerciale et agricole » et à ceux, élus par les petits actionnaires qui obtiennent aussi le droit d'assister aux assemblées générales.
  • 29 juillet : loi sur la retraite des mineurs à 65 ans.

Août

Septembre

  • Les communistes enlèvent leur soutien au gouvernement.
  • Transferts importants de capitaux hors de France, devant la peur communiste et l'échec de la relance de la production.
  • 7 septembre : le gouvernement relance la production d'armes avec 14 milliards de francs affectés à la production militaire (renforcement de l’aviation avec la construction de 1 500 avions) et 21 milliards de crédits affectés sur 4 ans.
  • 9 septembre : accords Viénot prévoyant l’indépendance de la Syrie dans un délai de trois ans.
  • 17 septembre : sortie de La belle équipe, film de Julien Duvivier[13].
  • 26 septembre : la fuite des capitaux, massive depuis l'arrivée du Front populaire au pouvoir, oblige le gouvernement à dévaluer le franc de 29 %. Désillusion du monde ouvrier.

Octobre

  • 1er octobre : l'ampleur de la crise oblige le gouvernement à faire une nouvelle dévaluation du franc de 25 %. La hausse de salaire prévue par les accords Matignon est vite annulée par l'inflation induite. Ces dévaluations successives ôtent la confiance de l'opinion publique dans le gouvernement. Le prélèvement exceptionnel prévu sur l'or et l'obligation de la déclaration de l'or détenu par les particuliers mécontente les épargnants.
  • Un accord monétaire est trouvé avec la Grande-Bretagne et les États-Unis pour fixer la valeur du franc dans une fourchette de 43 à 49 milligrammes d'or contre 65,5 milligrammes auparavant

Novembre

Décembre

  • 5 décembre : opposés à la politique non-interventionniste du Front populaire en Espagne, les communistes s'abstiennent dans un vote de confiance[1].
  • 7 décembre : l'aviateur français Jean Mermoz (34 ans) et son équipe disparaissent en mer, à bord de leur Latécoère Croix du Sud, à 800 km au sud de Dakar. Le 30, des funérailles nationales sont organisées à Paris, dans la cour d'honneur des Invalides.
  • 30 décembre : le projet Blum-Viollette, visant à octroyer des droits politiques à une minorité d'environ {{|22000}} Algériens musulmans est déposé sur le bureau de la Chambre des députés[15].
  • 31 décembre : la Chambre des députés vote la loi sur la conciliation et l’arbitrage obligatoire pour limiter les conflits sociaux[7]. Baisse à 25 % de l'IGR. Réduction des déductions forfaitaires pour charges de famille pour les revenus élevés, allègement des majorations d’IGR applicables aux contribuables sans enfant. En parallèle, le ministre Jean Zay prend une circulaire interdisant le port de signes religieux au sein des établissements scolaires.
  • Création d'une taxe unique à la production au taux de 6 % perçue auprès du dernier producteur. Cette nouvelle taxe remplace la taxe générale sur le chiffre d'affaires qui, en dépit de sa simplicité et de son rendement frappait en cascade chaque transaction.

Thématique

  • Projet de loi Blum-Viollette proposant la nationalité française et les droits politiques à certains musulmans algériens, ce projet sera vivement combattu par les colons.
  • La population française est de 41,5 millions de personnes.
  • Le gouvernement du Front populaire reçoit d'incessantes pressions des milieux d'affaires, le patronat contre-attaque en refusant d'appliquer les lois sociales, les ligues se reconstituent en partis politiques.

Économie

  • La richesse de la France est de 365 milliards de francs.
  • 1 franc français de 1936 = 0,59487 euro de 2002
  • Reprise économique à l’automne.
  • La dette publique baisse pour la première fois depuis 1929 (165 % du PIB).
  • Fin de la période de déflation, retour de l'inflation (7,7 %).
  • Taux de chômage à 10,5 %.
  • Le PIB augmente de 2 %.
  • Le déficit public atteint 4 % du PIB (14,6 milliards de francs).

Entreprises

  • Air-France inaugure sa ligne Paris-Dakar. Avec 40 000 km de lignes, la compagnie aérienne dessert 87 villes dans 29 pays. Sur Paris-Londres, elle a un quasi-monopole de fait — 61 000 passagers sur 65 000. Cependant, la compagnie, née en 1933 de la fusion de cinq petites compagnies ne peut toujours pas fonctionner sans de généreuses subventions annuelles d'environ 150 millions de francs.
  • La surévaluation du franc provoquent un effondrement de 2/3 des exportations à 15,5 milliards de francs.
  • Déficit de la balance commerciale de 10 milliards de francs.

Culture

Littérature

  • Sortie des aventures de Tintin en extrême Orient (le lotus bleu), de Hergé. C'est son 5ème album

Cinéma

Films français sortis en 1936

Autres films sortis en France en 1936

Naissances en 1936

Décès en 1936

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

  1. Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Éditions Complexe, (ISBN 9782870276280, présentation en ligne)
  2. Dominique Borne, Hubert Néant, La politique en France - XIXe - XXe siècles, Hachette Éducation, (ISBN 9782013201100, présentation en ligne)
  3. le DPS : Rapport 1622 Partie 03
  4. Paul Christophe, 1936 : les catholiques et le Front populaire, Éditions de l'Atelier, , 308 p. (ISBN 9782708224889, présentation en ligne), p. 214
  5. Lucien Rioux, Le syndicalisme, Buchet/Chastel (9782402301367//books.google.com/books?id=9Wd8DwAAQBAJ&pg=PAPT57)
  6. Philippe Bourdrel, Histoire des juifs de France, vol. 2, Albin Michel, (ISBN 9782226201430, présentation en ligne)
  7. André Gueslin, L'Etat, l'économie et la société française - Livre de l'élève - XIXe - XXe siècle, Hachette Éducation, (ISBN 9782011815439, présentation en ligne)
  8. Bénigno Carérès, Loisirs et travail, du Moyen Âge à nos jours, Seuil (ISBN 9791036903946, présentation en ligne)
  9. Gilles Auzero, Emmanuel Dockès, Droit du travail. Édition 2016, Dalloz, (présentation en ligne)
  10. Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France : De la guerre de Cent Ans à nos jours, Agone, (ISBN 9782748903027, présentation en ligne)
  11. Jacques Simon, Messali Hadj par les textes, Éditions Bouchène, (ISBN 9782356760586, présentation en ligne)
  12. Georges Lefranc, Histoire du Front Populaire, 1934-1938, Payot (ISBN 9782357020719, présentation en ligne)
  13. « La Belle équipe », sur http://www.institut-lumiere.org
  14. Paula Cossart, Le meeting politique : De la délibération à la manifestation (1868-1939), Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753567535, présentation en ligne)
  15. Charles-Robert Ageron, Histoire de l'Algérie contemporaine (2) : De l'insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération (1954), Presses universitaires de France, 648 p. (ISBN 9782130656234, présentation en ligne)
  • Portail de l’histoire
  • Portail de l’entre-deux-guerres
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.